POUR DERNIER TERRAIN VAGUE

Musée de l’Abbaye Sainte-Croix (MASC) - La Croisée / Abbaye Saint-Jean d’Orbestier Les Sables d’Olonne /// Jusqu’au 29 septembre 2019 /// Exposition : POUR DERNIER TERRAIN VAGUE

In the Yellow Haze of the Sun (dans la brume jaune du soleil), Le Commencent, La Chute, The Last Pieces of Westland… Autant de noms de pièces qui nous parlent du cosmos, de morphogenèse, de mémoires enfouies, de mécanisme astral mais aussi du monde physique qui nous abrite. Entre Land Art et Minismalisme, l’oeuvre polymorphe de Thomas Tronel-Gauthier (Photo ci-dessous Crédit@DR) aborde dans une gestuelle très précise la question de la relation existentielle qu’entretient l’homme avec la nature. L’idée d’une géologie - en appelant à la mémoire de la terre et de la mer - habite ce projet d’intervention dans le paysage, dans un esprit Arte Povera, via les notions d’éboulis, de chute et d’empreinte. On aime ces moulages évoquant de mystérieuses formes fossiles, sombres et brutes. Mais aussi et surtout cette cascade, dont le dessin des flots nous invite à une déambulation quasi initiatique. On a l’impression face à l’installation - métaphore de la naissance de la forme - que la nature est à l’oeuvre et de ressentir le lent mouvement des vagues. Les hybridations matérielles et opérationnelles - tout autant que le subtil protocole technique - qui se manifestent au sein de cette belle exposition personnelle confrontent la matière à l’imaginaire avec une démarche aussi poétique qu’analytique. Dans cette relation osmotique à fleur de peau, Thomas parvient ici à nous faire voir la grève, l’estran et le temps des marées. C’est cette plénitude que l’on vient chercher encore et encore. Et dont on a du mal à se défaire !

TTG_Atelier2019.jpg