VESSELS

A la galerie Almine RECH au 64, rue de Turenne 75003 Paris /// Jusqu’au 5 octobre 2019 /// exposition : VESSELS

L’opposition ou le conflit entre la manière dont les choses doivent être classées, entre l’art et le design par exemple, est pour moi un discours daté…”explique t-il. Et d’ajouter : “Mon travail consiste à briser l’idée de ce que doit être une sculpture. Je veux dépasser les catégories académiques et les classifications pour libérer le regard de l’art”. Ses recherches sculpturales et conceptuelles autour du corps, de la matière et de la perception se jouent des convenances dans une énergie cinétique saisissante. Perturbant les repères visuels, ses paysages sonores bouleversent notre manière d’appréhender le monde. En effet, la pratique artistique aux inspirations multiples de Tarik Kiswanson (Photo ci-dessous Crédit@CharlotteKrieger) sont comme une polyphonie d’expériences polymorphes et de sensations venues de l’enfance et de réflexions autour du pardon , de premiers amours, de la haine et de la sexualité. Dans une mécanique très précise, ses performances renversent allègrement la frontière entre le théâtre et l’art contemporain. Le visiteur, submergé par la matière, appréciera ici ses oeuvres jouant avec l’espace et le public. Sous une double culture arabe et occidentale, les pièces à l’essence abstraite de Tarik nous parlent de disfraction et d’aliénation sociale mais aussi de questions d’appartenance. On aime cette démarche intuitive recourant à des photographies d’archives et à des formes fantomatiques proches du cocon. A ce sujet, Tarik glisse ceci : “Mes sculptures déconstruisent le spectateur qui les regarde autant qu’elles déconstruisent l’architecture qui les entoure. C’est un peu comme si mon monde personnel transformait le monde extérieur...

www.alminerech.com

IMG_2788_Facetune_28-12-2018-13-03-07.jpeg